Home

Retour 12.06.2015

Comment valoriser au mieux l’important volume de données médicales?

Comment utiliser, valoriser et protéger l’énorme volume de données médicales disponibles actuellement? Voilà le défi qui attend le domaine de la santé ces prochaines années. En revanche, la technologie n’est pas un problème à ce stade. Il existe suffisamment de plateformes d’acquisition et de valorisation de données. Tels sont les principaux constats de la 3e Journée Ehealth, qui s’est tenue jeudi au TechnoArk de Sierre.


Pas moins de 150 personnes ont participé à cette conférence sur la santé numérique. Parmi elles, des professionnels de santé, des informaticiens, mais également des curieux intéressés par l’évolution des outils de santé. Venus de toute la Suisse romande, les participants ont pu écouter des exposés d’orateurs de grandes entreprises comme Samsung (présentation de leur nouvelle plateforme SAMI), Hitachi ou Orange Healthcare. L’entreprise israélienne Zebra MED et la française Gnúbila, ainsi que l’Institut suisse de bio-informatique ont également fait part de leurs solutions et innovations dans le traitement des données de santé. Plusieurs start-up suisses (SimplicityBio, Pryv, Vigilant, …) ont également présenté leurs produits. La journée s’est terminée par la présentation des lauréats du dernier Arkathon Hacking Health Valais, qui s’est déroulé du 5 au 7 juin dernier.


Zettaoctets de données
Cette conférence fut riche en enseignements. Le big data, thème principal de cette année, existe, qu’on le veuille ou non. Et les données prendront de plus en plus d’importance au fil des années. La question est de savoir ce qu’on veut en faire.
Les plateformes techniques et technologiques sont en place (SAMI, Zebra Med, Pryv) et l’acquisition de ces données, malgré la masse très importante. On parle maintenant en zettaoctets pour décrire les volumes de données. Un zettaoctet correspond à 1'000 milliards de gigaoctets…


Vers une médecine personnalisée
L’autre enseignement de cette journée est la tendance de plus en plus forte à la médecine prédictive, grâce au traitement en amont des données. Cela améliore la prise de décision, que ce soit au niveau du corps médical ou des patients eux-mêmes. Nous nous dirigeons également vers une médecine de plus en plus personnalisée, avec plusieurs traitements différents pour la même maladie.

La santé numérique et les données qui en découlent amènent une meilleure connaissance du fonctionnement humain. Il s’agit, au final, bien d’un saut qualitatif et non pas quantitatif. Reste toutefois la grande question de la confidentialité et de la protection des données. Il s’agit là d’un vrai débat qui n’est de loin pas encore tranché. Il sera quoi qu’il en soit très difficile de standardiser les pratiques entre les pays, en raison des sensibilités et des cultures différentes.

 

La 4e édition de la Journée Ehealth aura lieu le 3 juin 2016, toujours au TechnoArk de Sierre. Elle sera suivie par la seconde édition du Arkathon Hacking Health Valais (3-5 juin).  

Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark